• Ah ! Ces iraniens !

     

    Quel pays ! Quel peuple ! Leur écriture et leurs monuments sont, pour moi, la représentation même de leur finesse d’esprit et de leur délicatesse. Il faut voir en détail l’écriture persane puis la voir en général. Il en ressort une élégance raffinée inégalée.

     

    Ils sont aussi polis et respectueux, avec cet humour moqueur qui leur vient, à mon avis, de leur privation de liberté, comme un antidote au désespoir. Et c’est un réel plaisir de les côtoyer.

    Ce peuple d’origine aryenne n’a rien à voir avec les arabes, avec lesquels on les confond pourtant si souvent, nous, les européens. Et c’est toujours surprenant de voir des presque blonds ou presque roux parmi un nombre incalculable d’yeux verts, émeraudes, bleus pâles, bleus profond, dans des visages d’une beauté indéniable. Comme pour les Afghans ou les Pakistanais d’ailleurs, qui ont des faciès magnifiques avec parfois, au milieu d’un visage buriné faisant penser, il faut l’avouer, aux méchants des westerns spaguettis, une paire d’yeux verts lagon qui vous subjugue !

    On en croise dans le sud de l’Iran, la frontière avec l’un et l’autre pays étant proche.

    Souvenez-vous de cette couverture de Géo qui a fait le tour du monde avec la photo du visage d’une jeune afghane aux yeux verts…

    Les filles et les femmes iraniennes, souvent très belles, se maquillent à outrance. Elles contournent ainsi l’interdiction de montrer tout signe de féminité par ailleurs. Les plus philosophes disent que ces contraintes qu’ils endurent dans leur vie quotidienne (beaucoup d’interdiction de comportement, amendes régulières pour infraction aux règlements stricts, punitions…) leur font vivre et apprécier la vie plus intensément que nous qui sommes libres de faire ce que nous voulons sans nous rendre compte de cette chance.

     

    L’histoire complexe de ce peuple fier de ses origines est présente partout au travers des lieux historiques nombreux. L’architecture, les jardins, les mosquées, les palaces sont autant d’odes à la perfection de la beauté.

     

    Dans la vie quotidienne, ils se couchent tard (1h du matin en moyenne) et se lèvent tôt (7h). Ils mangent des plats traditionnels dont ils ont raison d’être fiers (le riz iranien est un délice) mais leur boisson à table est systématiquement du coca, à mon grand étonnement amusé !

    Ils conduisent plutôt bien mais comme des fous ! A peu près tout est possible sur les routes iraniennes, même faire une marche arrière à fond sur une 3 voies engorgée. J’ai eu la chance d’apprendre à conduire à Nice, ce qui a été un sacré avantage ! (et je me suis bien amusée).

    Le plus agaçant, c’était les queues de poissons qu’on nous a fait régulièrement quand les voitures nous redoublent pour voir qui nous sommes et d’où nous venons et se rabattent soudainement juste devant le capot alors qu’on roule à 90 km/h.

     

    Hélas, le problème des déchets n’est pas une considération pour l’instant. Combien de fois avons-nous vu des bouteilles d’eau ou de jus jetés par la fenêtre sur la route par la voiture devant nous ! Ou un paquet de gâteau terminé et lâché sur le trottoir…ce qui donne des bords de routes sales malgré les ramasseurs de déchets très présents, mais seulement dans les villes.

    La distribution de sacs plastiques est continue, pour tout, pour emballer les petites choses comme les grosses, avec plutôt deux sacs qu’un seul, souvent ! Et on les retrouve partout dans le paysage bien sûr…

    Ces paysages immenses de montagnes à pertes de vue ou de désert de roches principalement ou de sable parsemé de petits buissons piquants. Le vent et la chaleur y créent des tornades que l’on a pu observer dans les champs et qui secouent méchamment le camping-car quand l’une d’elles nous passent dessus !

     

    Pour finir, ce que je retiendrai des iraniens, c’est, avant tout, la différence entre ce qu’on en croit et ce qu’ils sont ! C’est cette façon qu’ils ont d’allier une grande curiosité à un respect de l’autre très agréable. Puis, c’est leur gaieté naturelle, ces gens sont tout le temps en train de rire entre eux, en voiture, dans la rue, dans les magasins, chez eux…Enfin, et je le dit haut et fort : contre toute attente, il me semble vrai de dire que les iraniens appliquent les principes chrétiens naturellement et beaucoup plus que nombre de chrétiens français, je dirai même que la majorité des chrétiens français. J’en veux pour preuve les gens en panne en bord de route qui agitent un bidon d’essence vide et qui vont être secourus par un des leurs, ou ces voitures de particuliers arrêtées à côté d’un gros camion avec tout le monde penché dans le moteur, ces gens qui piquent niquent en famille et qui nous font de grands signes pour nous inviter à manger avec eux, les paysans qui travaillent mais qui nous crient « tchai tchai » pour qu’on aille partager un thé avec eux…

     

    Bref, on a passé des moments exceptionnels en Iran et on est ravis d’y passer à nouveau au retour où, cette fois, l’adieu aux amis sera probablement douloureux.

     

    A bientôt !

     

     


  • Commentaires

    1
    JC
    Mardi 6 Novembre 2012 à 19:26

    Je les crois naturellement ouvert d'esprit : la géographie fait son oeuvre sur les hommes , elle amène certains à cotoyer le monde entier sans bouger de chez eux , parce qu'ils sont sur un lieu de passage naturel entre les continents . La tolérance , la curiosité et le partage font le reste...

    2
    jumatolie Profil de jumatolie
    Mercredi 7 Novembre 2012 à 14:02

    oui, tu as peut-être raison sur la géographie qui leur a permis de s'ouvrir naturellmement sur ceux qui passaient par chez eux. Mais ils ont assurément qqchose de spécial qu'on ne rencontre nulle part ailleurs (en tout cas des pays où j'ai été, moi)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :