• Frontière UAE - Iran

    Marhaba !

    (Je reprend mes articles puisque nous sommes à un endroit qui le permet. Dés demain, j'en mettrais plusieurs par jour pour rattrapper le temps ...)

    5 mai 2013

     Passage de la douane côté Emirats. Patience, attente, patience, attente…vigilance aussi dans cette zone portuaire où indiens et pakistanais sont partout et nous observent en détail. Un indien nous suit un peu trop et essaye de rentrer dans le cc. Je lui fais comprendre qu’il ferait mieux de nous laisser tranquille (sinon je le krav !). Bref, ces passages de douanes où je suis souvent la seule femme me mettent en stress à cause de toute cette vigilance que je dois montrer : la surveillance des enfants que je ne veux en aucun cas mettre en danger, même si il est vrai que c’est plutôt sûr, les arnaques à éviter, les nombreux papiers à signer, les procédures à comprendre, l’argent à préparer, la diplomatie à adapter à la situation : savoir quand il faut sourire et dire merci et savoir quand il faut froncer du sourcil et ne pas avoir l’air sympa (très important)…

     

    Dans la salle d'attente avant le bureau de l'émigration...

    Frontière UAE - Iran

    Frontière UAE - Iran

    Après 2h de file d'attente, dans le bus pour ramener tout le monde sur le quai...(il fait chaud !! ça sent le bouc dans ce bus !)

    Frontière UAE - Iran

    En vidéo :

    http://youtu.be/UZ0FwSRiP-c

    Quand on peut enfin monter dans le bateau, j’ai encore un souci à régler avec le capitaine en colère contre moi pour un malentendu qui se solde par sourires et excuses de part et d’autres, ouf ! Heureusement qu’il est iranien (puisqu’ils sont tellement adorables) !

     

    22h départ : nous n’étions pas installés dans la salle commune depuis plus de 15 mn qu’un homme jeune, iranien bien sûr, vint vers nous et, parcequ’il avait compris que nous étions français, nous offrit des sachets de noisettes et amandes avec des jus de fruits qu’il venait d’acheter pour nous. La magie iranienne commençait…Sacré peuple !

    Frontière UAE - Iran

    Frontière UAE - Iran

     

    La nuit dans le ferry se passe mieux qu’à l’aller où nous avions eu si chaud ! Un peu tordus et courbaturés cependant pour Thomas et moi qui avons partagés la même banquette.

    On arrive à 10h du matin, (plus rapidement qu’à l’aller) !

    Frontière UAE - Iran

    Un chargement de pastèques sur un dhow (boutre) ! Les pakistanais à bord se jetaient les pastèques les uns aux autres en faisant la chaîne. Voyez la quantité qu'il y a, voyez les conditions de travail différentes de l'Europe...Et ce n'est pas des petites pastèques : Un routier nous en a offert une sur la route, on a pu vérifier le poids considérable que ça pèse !

    Frontière UAE - Iran

    Frontière UAE - Iran

    Frontière UAE - Iran

     A Bandar Abbas, il fait une chaleur indécente et, liquéfiés, les vêtements déjà collés au corps des pieds à la tête  (sisi, à la tête aussi puisque j’ai à nouveau depuis ce matin mon « hijab », le voile sur la tête), je commence ma journée difficile et usante où tout se passe en farsi (iranien) et où je ne comprend rien à ce qu’on m’explique puisque personne ne parle anglais, ni à ce que je dois faire, ni à là où je dois me rendre (la zone portuaire est grande et vaste), ni à ce qui est noté sur les papiers que je signe, ni si je laisse les enfants pour 5 mn ou pour 2 heures. Pénible et stressant.

     Plusieurs heures après...Je suis trempée et fatiguée. Comment peux-ton rester propre dans un pays où on doit être couvert des pieds à la tête sous 40 ° ? Je rage devant mon impuissance face à tout ce délire débile.

     

    Quand enfin on peut quitter la zone portuaire en fin d’après midi, non sans l’aide de divers employés qui m’emmènent de-ci de-là avec leur voiture pour accélérer les choses, nous sommes les derniers. Il n’y a quasiment plus personne et les derniers employés à s’occuper de nous (mal) devraient déjà être rentrés chez eux (c’est ce que je comprend à leur façon de me montrer leur montre). Vive la bureaucratie !

     

    Je suis lessivée nerveusement ce soir et bien que les iraniens de la douane, comme d’habitude méfiants envers leurs congénères, m’aient dit que dormir dans Bandar Abbas n’était pas recommandé et qu’on devrait aller à l’hôtel, je sais que ça va aller et qu’il faut juste qu’on évite les coins glauques. On en passe quelques-uns puis un gros hôtel se présente en contre-allée de l’avenue principale. Je décide d’aller demander si on peut dormir dans leur parking qui est gardé comme tous les parkings d’hôtel en Iran. On obtient rapidement un oui et on passe un début de nuit super tranquille, au calme, loin du bruit de la route. Hélas, il fait 38° et on se réveille trempés et suffocants, sous les attaques vrombissantes et douloureuses des moustiques baloutches. C’est rageant car la nuit est si calme qu’on aurait bien récupéré de notre fatigue de la frontière.

     Lendemain matin, galère classique pour trouver la bonne route et arriver à s’extraire de la ville. Ca me prend généralement une heure à chaque fois, aidée par la boussole principalement. Les gens ne parlent pas assez l’anglais pour que je demande ma route, l’expérience m’a montré qu’il est plus efficace que j’utilise la boussole.

     Enfin, aux anges, légère et soulagée, me voici à nouveau sur la route, les montagnes sauvages  comme fond d’écran et mes amis les routiers iraniens dans leurs vieux Macks noblement rouillés comme compagnons de route…Sentiment de liberté incomparable !

    Frontière UAE - Iran

    Frontière UAE - Iran

    Frontière UAE - Iran

     

     

    Huda Hafiz !


  • Commentaires

    1
    JC
    Lundi 3 Juin 2013 à 18:02

    L' Enfer des Douanes ... C'est un peu comme dans le dessin animé "  Les douzes travaux d'Astérix " où les deux héros doivent se faire délivrer un laisser-passer dans un bâtiment administratif qui finit en maison de fous . Je t'imagine liquéfiée avec des valises sous les yeux et le regard bien noir des mauvais jours ( moi j'aurais eu les jetons , mais bon hein , ils ne te connaissent pas comme nous ) . Ils ont vraimment l'art de balader les gens , faut plus que de la patience d'un Lama Tibétain . Et encore cette fameuse boussole , Aahh ( ça m'a bien pris trois semaines de reflexion : prend pas beaucoup de place , utile , ect... ) . Je suis bien content de moi et comme récompense je vais m'offrir une petite mousse bien fraîche ( tu m'as donné une de ces soif )... à votre santé ! Bien aux voyageurs dorés-lyophilisés .

    2
    JY-MO
    Lundi 3 Juin 2013 à 19:18

    quelle épreuve de force et quel courage pour ce passage de douane..on imagine aisement les meandres de la douane et effectivement la BD d'astérix semble bien résumer la situation avec le handicap de la langue en plus , mais maintenant tu es sur les routes iranniennes alors Go, en avant.

    3
    kikidrome
    Lundi 3 Juin 2013 à 23:44

    trop cool, enfin de tes nouvelles !

    j'ai parlé de toi à une cousine de ma maman : 75 ans, elle arrive d'Equateur, part en Islande, voyage seule, bref.;. on s'entend bien.

    pas pu lire en détail l'abant dernier article, ni regarder les vidéos..

    je le fais dès que possible

    bonne route !

     

    4
    bnd44
    Mardi 4 Juin 2013 à 10:31

    ils ont été super patients tes loulous, tu pourras les féliciter.

    Ca y est, en route pour la liberté et de nouvelles aventures!

    A+, bisesss à vous 3.

    Bénédicte

    5
    jumatolie Profil de jumatolie
    Mardi 4 Juin 2013 à 15:07

    JC : oui, la boussole, rien de tel, vraiment ! sans elle, j'étais mal !

    Jy mo : on passera à côté de Gardannes, on passe vous faire une bise ?

    kiki : moi je ferai pareil ! je serai vieille et voyageuse ! haha ! c'est génial je trouve. j'en ai croisé quelques une comme ça, des super (vieilles) nénettes...

    béné : oui, les enfants ont été vraiment super. Je prévois de leur acheter le cadeau dont ils rêvent et j'ai créé une cagnotte pour que ceux de la famille qui veulent participer mettent un petit sou dedans et à la fin ce sera pour leur cadeau. Ils ont vraiment mérité ça.

    Hâte de vous voir !(bon, encore quelques milliers de km mais tous les mètres passés nous rapprochent !!)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :